An example of an animated map

Empire britannique : axes et logique de construction

This map is part of a series of 19 animated maps showing the history of L'expansion coloniale de l'Europe 1820-1939


La puissance anglaise développe son expansion impériale tout au long du 19ème siècle grâce à la maîtrise incontestée des mers.

La volonté stratégique de garantir la sécurité des communications commerciales maritimes, en particulier avec l’Inde, rend compte de la logique d’expansion britannique.

Autour de l’Afrique, par l’ouest, le golfe de Guinée fournit des points d’appui vers Le Cap, qui ouvre, par la côte orientale, l’accès à l’Océan indien.

De là, les établissements de Malaisie balisent le détroit de Malacca, porte d’entrée en mer de Chine, où Hong-Kong sert de tête de pont à « l’ouverture » d’une zone d’influence dans l’Empire du Milieu.

Une autre route vers la Chine par l’Ouest est balisée par l’annexion des îles Falkland et de points d’appuis dans le Pacifique.

Mais surtout, l’intérêt séculaire pour la Méditerranée, redouble avec l’ouverture du canal de Suez qui réduit considérablement le temps et le coût des transports vers l’Inde. Le contrôle de cet axe majeur est bientôt assuré aux Britanniques par l’acquisition de Chypre, l’occupation militaire de l’Egypte, les protectorats sur Aden et la Somalie britannique.

Les territoires et ports de l’Empire accueillent des garnisons militaires dont les principaux effectifs sont concentrés en des points stratégiques sur les grandes routes maritimes.

Londres contrôle également la plupart des grands câbles transocéaniques qui forment, entre 1865 et 1914, un réseau mondial de communication à des fins militaires et commerciales. Cette influence est reflétée par le réglage des fuseaux horaires du temps universel sur le méridien de Greenwich.

Le rayonnement du Royaume-Uni doit également aux courants d’émigration de la métropole vers les colonies de peuplement, et à la multiplication de sociétés missionnaires chrétiennes qui propagent la culture britannique à travers l’évangélisation des populations autochtones et luttent contre l’esclavage. Fer de lance du libre-échange jusqu’aux années 1870, le Royaume-Uni tente, à la fin du siècle, de former avec son empire un espace commercial protégé. Mais première puissance financière mondiale, elle tire toutefois plus de profits de l’« empire informel » que constituent les investissements britanniques dans le monde.